Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/03/2011

Rêveries de Jean-Michel Palmier

Les rêveries d'un montreur d'ombres est un assemblage de textes hétéroclites du professeur d'esthétique Jean-Michel Palmier.

D'emblée, la valeur du texte semble depasser la cadre universitaire pour s'adresser assez personnellement au lecteur. Cela fait penser à un journal atypique qui privilégierait la pratique du vertige dans un réel très proche. Les occasions de rêveries naissent des décalages provoqués par les voyages, les conversations, le sommeil et une certaine "expérience" du cinéma. Ces courts textes entrechoquent des univers bien distincts de façon non linéaire: les visages rêvés se raccrochent à des visages vus sur l'ecran puis soudain surgit une pensée sur l'expressionisme, avant l'evocation d'une rencontre...Pour exemple, voici quelques passages (qui ont beaucoup plus de valeur dans leur contexte) mais qui nous touchent vraiment beaucoup:

"J'ai parfois l'impression de n'aimer que des images, d'être incapable de ne pas en fabriquer. Ni cynisme, ni romantisme, mais la certitude que l'on est toujours floué par le réel si on n'y veille pas, si on n'y infiltre pas de l'imaginaire".

Et sur son expérience des cours sur l'expressionisme: "les garçons se passionnent théoriquement pour ces sujets, les filles me semblent les recevoir différemment, plus directement au niveau de leur sensibilité, de leur inconscient, voire de leur corps. Aucun de mes étudiants n'a porté un monocle après avoir étudié Fritz lang. Mais combien d'étudiantes ont tenté de traduire au niveau de leur corps cette sensibilité qu'elles découvraient...Combien de métamorphoses semblables ont suivi la réédition de Lulu et du Journal d'une fille perdue??". On imagine sans mal l'impossibilité de faire cours devant une myriade de Louise Brooks...

Et surtout: "souvent, je m'interroge: que feront-ils de tout cela, de ces bribes d'années 20, de ces fantasmes et de ces poussières de passion et de rêves?? Les refouleront-ils dans un coin de leur mémoire ou continueront-ils à vivre, très loin, quelque part en eux?"

Peut-être une réponse esquissée:

"Des ombres? Aucunement. Ou plutôt elles sont plus réelles que la plupart des personnes qu'il m'est donné de rencontrer".

Parfois, dans ces rêveries, l'irréalité gagne du terrain et provoque un certain malaise. Néanmoins, c'est comme s'il s'agissait d'une condition crée par l'auteur à cette vie des images dans une perspective temporelle et personnelle. D'où nait cette emotion...

entrer des mots clefs

 

 

 

 

 

fb

Les commentaires sont fermés.