Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/08/2013

"Vers le sud, perdre le nord" (Daney)

Dans Rien que les heures d’Alberto Cavalcanti (1926) («film qui a inventé ses propres moyens d’approfondir les images» N.Brenez), au petit jour, une fétarde, d’après ce que le carton du film muet indique, perd une poupée en sortant d’une chic voiture, et la poupée est emportée par la rigole d’eau du petit matin des rues nettoyées. Les gestes sont difficiles à s’extraire de l’engin, las du rythme de la nuit; la poupée perdue prise par une eau dévalante prend des airs de sirènes, en même temps que le film suspend sa trame à un moment emporté de nuit, de vie, sans magie, ni amertume mais avec la trace d’une perte. C’est dans cette même rigole, typiquement parisienne de technique de voirie d’après ce que les documentaires de Nick Quinn (petites histoires de nos ordures) exposent par rapport aux autres capitales européennes pour retaper l'éclat du bitume à de nombreuses différences d’approche, que Van der Keuken filme les reflets du soleil, rue de la Goutte d’Or, à un instant où l’errance des pas se trouve répercutée à une splendeur passagère mais aussi totale d’ivresse que cette eau reflète (Vers le Sudlorsqu’il croise un travailleur qui est loin d’avoir renoncé à tout, qui lutte en quotidienneté). La rigole entraine quelques images, filerait du temps qui s’effiloche à quelques reflets d’or pour des semelles aux vents. Cette semaine, un balayeur revenant de vacances et reprenant le cours des choses, à un coin de rue, avait du soleil la peau tanné et le sourire généreux, et il disait à son collègue que le mince filet d’eau lui rappelait un cours d’eau du sud de ses vacances. De sa réflexion, il prenait à bras le corps, ou d'évocations passagères, l’idée de «prothèse temporelle», expression percutante qu’on croise dans une exposition récente au sujet de la modernité, la vue de l’ailleurs se surimprimant à celle d’ici, plus totalement en réduction d’un retour, les souvenirs en seconde main, climatique comme un anticyclone d’avoir pris tout l’espace de temps, et de s'épancher toujours dans le réel. La mémoire était dans le pavé (Proust), aussi dans un aléatoire sans repère (Conche). De l’hybridité des songeries, de l’eau qui cogne encore à une rêverie, un ailleurs possédé du bitume. Le prolongement de la lézarde, un sentiment d’appartenance à ce qui s’est produit, séparé du reste, ici, silhouette dans la vue d’un matin, au hasard d’une rue, le bruit de l’eau, aux «sens différents» (Y.Bonnefoy, une photographie).

 

fb

Les commentaires sont fermés.